Comment conclure sa conférence : 9 idées

Fort de son succès, notre article Comment bien commencer sa conférence, m’a soufflé l’idée de rédiger des recommandations sur comment bien conclure sa conférence. Si, comme nous le disions dans le précédent article, l’introduction permet à l’auditoire de décider s’il va ou non accrocher à ce que vous avez à dire, la conclusion permet de marquer les esprits, de laisser une impression durable.

C’est le moment de soulagement pour vous, l’orateur, et l’occasion de finir en beauté. Comment s’y prendre?

Une décision stratégique

En vérité, il existe plus d’une dizaine de manières de conclure et on peut toujours innover. Les conférenciers choisissent stratégiquement selon plusieurs critères : 

  • Son style personnel : suis-je plutôt du genre comique, poétique, scientifique, techno, rationnel, conteur…. 
  • Le thème de la conférence : sommes-nous dans un registre d’histoire personnelle, de présentation de produits ou services, de marketing, d’enseignement, de science, de philosophie…
  • Le temps qu’on souhaite y consacrer : reste-t-il assez de temps pour une anecdote par exemple ou a-t-on préféré occuper plus de temps à d’autres endroits stratégiques?

9 façons de conclure

Conclure une conférence de manière efficace est essentiel pour laisser une impression durable sur votre auditoire. Voici quelques stratégies utilisées par les meilleurs conférenciers :

1. Résumer : Récapitulez brièvement les points clés que vous avez abordés au cours de la conférence. C’est le classique des classiques, mais toujours efficace parce qu’il permet à l’auditoire de revoir et retenir les points importants. Cette conclusion est particulièrement utile lorsque le but de votre conférence est éducatif. 

2. Appel à l’action : Encouragez votre auditoire à mettre en pratique les éléments parcourus durant votre conférence ou faire de la « survente ». Donnez-leur des étapes concrètes à suivre, invitez-les à se fixer des rendez-vous pour passer à l’action ou ouvrez la porte à une suite, à suivre une conférence associée à celle-ci ou un atelier plus détaillé. 

3. Anecdote ou histoire : Racontez une anecdote ou une histoire pertinente qui illustre le message principal de votre conférence. Cela peut aider à marquer les mémoires. La technique peut ici être un peu théâtrale, elle repose généralement sur le « pathos » c’est-à-dire l’émotion. Il est essentiel que ce soit sincère et pertinent. L’aspect storytelling de cette fin peut même amener une touche poétique, humoristique, littéraire, historique… bref, quelque chose qui vous ressemble.

Par exemple, parlant de la destinée on pourrait finir sur le récit court de ce conte Perse : Au détour d’une rue à Bagdad, un homme tombe nez à nez avec La Mort. Terrifié, il enfourche un cheval et galope aussi vite que possible à travers le désert pour fuir et arrive à Samarcande. Voulant boire un verre d’eau pour se désaltérer, il entre dans un café et y trouve La Mort au comptoir. Il lui dit alors « Mais comment peux-tu être ici? Tu étais à Bagdad! » et La Mort lui répondit « Oui, j’étais étonnée aussi de te voir à Bagdad, puisque c’est ici, à Samarcande, que nous avions rendez-vous ». 

4. Question rhétorique : Posez une question stimulante qui incite à la réflexion. Cela peut susciter l’engagement de l’auditoire et donner matière à réflexion. Cela peut-être aussi simple que de poser une question ouverte « que ferez-vous la prochaine fois que… ?» 

5. Citation inspirante : Utilisez une citation célèbre ou inspirante qui résonne avec le thème de votre conférence. Les citations bien choisies peuvent renforcer votre message. De mon avis très personnel, ce n’est pas ma fin préférée parce qu’elle peut vite tomber dans la banalité. Citer n’est pas quelque chose qu’on tape Google pour parcourir des listes de citations sur notre thème, une citation doit venir de nos rencontres littéraires, scientifiques ou autres.

Je me rappelle, à 20 ans, je passais devant le jury de sélection d’une grande école et on me posait une question de sociolinguistique sur la sémiologie (l’étude des signes). Il se trouvait que la veille à la radio j’avais écouté une discussion sur Alain et Freud et j’y avais entendu une phrase du premier qui m’avait marquée. J’avais donc improvisé, avant de quitter la salle du jury, de lancer cette phrase que je jugeais assez mystérieuse et perturbante pour potentiellement me classer dans la liste des étudiantes qu’on oublierait pas ce jour là : « les signes sont des cris de poulets morts ». Effectivement, quelques semaines plus tard, je croisais un professeur qui était sur le jury et se souvenait très bien de moi. Au détour d’un couloir il m’a alors demandé ce que voulait dire cette drôle de phrase d’après moi… « Je n’en ai aucune idée » lui avais-je répondu!  

6. Vision d’avenir : Partagez votre vision de ce qui pourrait être réalisé si les idées de votre conférence étaient mises en œuvre ou invitez l’auditoire à se projeter dans sa propre réalité. Cela peut inspirer l’auditoire et s’appliquer particulièrement bien aux conférences technologiques, environnementales, philosophiques… D’un point de vue business, il peut s’agir de visualiser le temps gagné, les résultats optimisés ou le retour sur investissement si ils intégraient « telle chose » dans leurs processus ou tel produit dans leurs entreprise…  

7. Remerciements : Exprimez votre gratitude envers l’auditoire pour leur temps et leur attention. Les remerciements sincères sont toujours appréciés. C’est une fin simple, concise et sympathique. 

8. Ouverture à des questions : Si le temps le permet, ouvrez la séance de questions et réponses pour permettre à l’auditoire d’approfondir certains sujets. Souvent, on me dit « je suis stressé si on me pose une question à laquelle je ne sais pas répondre ». Non, c’est une opportunité! Dans ce cas, admettre qu’on a pas la réponse dans l’immédiat mais qu’on va se pencher dessus pour apporter une réponse, invitez la personne a venir à la fin vous rencontrer pour échanger vos coordonnées et vous lui reviendrez. 

9. Une touche personnelle : Terminez avec une touche personnelle, comme une anecdote personnelle ou une réflexion personnelle sur le sujet. Cela peut créer une connexion plus profonde avec l’auditoire. L’exemple donné au point 5 fonctionne ici aussi par exemple.

Conclusion

N’oubliez pas de maintenir un bon contact visuel avec l’auditoire, de parler clairement et avec conviction, et de gérer votre temps de manière à ce que la conclusion soit bien chronométrée. 

Si vous avez besoin de prendre du recul sur votre contenu et votre conclusion, vous pouvez vous exercer devant vos proches ou faire appel à notre équipe qui pourra vous accompagner dans la création de votre conférence, formation ou présentation en amenant un précieux regard extérieur. 

Et puisque chez La Slide nous sommes autant une agence de contenu que de design, je terminerais sur un dernier conseil design : si vous êtes accompagnés d’une présentation (Powerpoint / Keynote), ayez une dernière slide avec un fort impact visuel, peu ou pas de textes, une image pourrait-être suffisante. Et une fois la conclusion passée, ayez une slide avec vos informations personnelles! 

Besoin de parler de votre contenu ou de vos visuels?

AboutPaola Giuge
Un chemin insolite m’a conduite pendant 12 ans à pousser des recherches anthropologiques depuis nos musées jusqu’à une île dans le Pacifique Sud. Puis, j’ai finalement posé mes valises et développé une offre aussi originale qu’indispensable, qui prend forme avec La Slide.
#zikzag_button_669947b1183c5 { color: rgba(255,255,255,1); }#zikzag_button_669947b1183c5:hover { color: rgba(0,0,0,1); }#zikzag_button_669947b1183c5 { border-color: rgba(49,49,49, 1); background-color: rgba(235,93,28,1); }#zikzag_button_669947b1183c5:hover { border-color: rgba(49,49,49, 1); background-color: rgba(255,255,255,1); }